Entre-gens
Menu Principal
Entre-gens
Qui sommes-nous ?
Index
Entre nous
La une de la pluralité
revue de presse
Correspondances
Coups de pouce
Talents à découvrir
Passions à partager
Migrants pleins d'allant
Mots pour maux
Vivre autrement
Récits de vie
Interculturel
Une ville, des talents
Initiatives citoyennes
Fenêtres sur le monde
Coups de coeur
La Lettre
Portail
Liens
Calendrier
Nous contacter
Sondages
Pour vous, la danse orientale c'est...
  
Le portrait que vous avez préféré
  
Vous aimez les rencontrer sur entre-gens. Vos préférences :
  
Populaire
Connexion
Nom d'utilisateur

Mot de passe

Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Syndication
Entre-gens

Partager Participer Parrainer(mode d'emploi)


Le temps des Clodettes Version imprimable Suggérer par mail
01-07-2015

C'était au temps des années ORTF Ces noms-là ne vous diront peut-être rien: Cynthia Rhodes dite Cindy (Américaine), Pat Kerr (Jamaïcaine), Solange et Siska Fitoussi, Lydia Baronian, Maddly, Evelyne et Nelly Bamy (originaires de la Guadeloupe), Jocelyne Charlery dite Cathy (originaire de la Martinique, ndlr, élue Mlle France d'Outre-Mer 1968), Lydia Naval dite Ketty (également Antillaise), Sandra Alma Martinez Cadet (Haïtienne), Patricia Criton (d'origine sénégalaise), Ketty Sina (d'origine camerounaise), Peggy Nguyen-Thi ("l'Eurasienne"), Nadine Ligeron dite Prisca, Anne Lafitte, Marion Halphen, Dany Donne Borg, Julie Lacroix. On peut encore citer Monecia Lyttle Mc Clellan, Clara Lesueur, Carole Plumelle, Jenny Dupin, Anne Sérard, Hussawa Funnilay, Karine Babou, Dominique Neron, Nicole Bize, Maya, Malika et Béatrice Sergueïeff...

                                       

Elles furent les Claudettes ou Clodettes, de trente à quarante danseuses au total sur une période qui s'étend de 1967 à la mort du chanteur Claude François en 1978. La dernière, Béatrice, a été engagée quelques jours seulement avant le décès de son patron le 11 mars 1978, électrocuté dans sa salle de bain.
Lire la suite...
Petites histoires dans la grande Version imprimable Suggérer par mail
01-06-2015
"Quand on est adolescent, on est idéaliste, on dit que l'on peut changer le monde, on pense que l'on peut battre les dictatures, que l'on peut faire de grands changements dans la société. Avec le cinéma, C'EST POSSIBLE !

                          
                            

J'ai vu ça dans ma vie, en Iran, comment un film peut avoir des influences immenses sur un peuple, dans un pays trois fois plus grand que la France, un pays de 90 millions d'habitants, comment un film peut changer des choses dans la société. J'AI VU CELA ! On ne peut pas tout changer mais on peut avoir des influences, on peut ouvrir une fenêtre de plus dans la vie des gens où ils peuvent regarder une autre vue dans leur vie. C'est notre mission. Parce que les gens peuvent avoir une très belle maison mais avoir une fenêtre fermée. Si on arrive à ouvrir cette fenêtre avec un film, on fait cette mission. Cela peut être une sensation, cela peut être un moment de joie, un moment de tristesse, un moment d'émotions et cela suffit." (Golshifteh Farahani)
Lire la suite...
La une de la pluralité (2015/3) Version imprimable Suggérer par mail
23-05-2015
Lire ici les portraits de Mehdi Drissi et Oumayma Ajarrai (et leurs amies de ONORIENT TOUR), de Yacine Aouadi, Youssef Hajdi, Ina Mihalache, Deniz Ergüven, Alice Belaïdi, Mouloud Belaïdi, Cricri la Musicaliste et Salma Hayek.

 19 et 26 juillet 2015: Mehdi Drissi, Oumayma Ajarrai et leurs amies partent en Orient 

(sujet double, quinzomadaire) Armé de son appareil photo, Mehdi Drissi, photoreporter lillois, ne souhaite pas être spectateur de la constante (r)évolution du Moyen-Orient, mais acteur et promoteur de cette mutation. "Face à des extrêmismes destructeurs et à des amalgames réducteurs", il s'est décidé à partir en septembre 2015 pour un voyage de cinq mois à travers le monde arabe, avec trois amies rédactrices de ONORIENT (relire notre article Quatre saisons arabes, janvier 2014); Ghita Chilla, Hajar Chokairi, Oumayma Ajarrai.

                           

L'équipe vient de lancer une campagne de crowdfunding (financement participatif) pour réaliser ce projet. Leur but commun est d'orienter les projecteurs sur les forces vives qui donnent un nouveau souffle au patrimoine culturel arabe et qui façonnent le monde de demain.
Lire la suite...
Turquitudes Version imprimable Suggérer par mail
01-05-2015
(page 1, Ramize Erer et "les mauvaises filles"; page 2, Nilüfer Göle et les femmes musulmanes et modernes; page 3, Dilek Yankaya et les entreprises familiales; page 4, Ahmet Insel et "la grande catastrophe")

Sur la table à nappe blanche, elle a posé tous les plats ensemble: böreks aux épinards, feuilles de vigne, bouchées de lentilles, sans oublier le fin du fin, le fameux huntar begendi, un must de la cuisine ottomane, qui marie viande de veau et aubergine sauce béchamel. Ramize Erer, elle, ne mange pas. Elle surveille d'un oeil le téléphone-fax; de l'autre, ses enfants: un garçon de 12 ans - "très doué pour le dessin" - et une fillette de 5 ans, blonde et sauvage comme sa mère, qui viennent de rentrer de l'école, dans le 15ème arrondissement de Paris... (ndlr, en 2009)
                            
                                        
                         
Lire la suite...
La une de la pluralité (2015/2) Version imprimable Suggérer par mail
25-04-2015
 17 mai 2015: Saphia Azzeddine écrit dans la tradition orale 

Le diable est dans le détail. Saphia Azzeddine, dans la tradition orale de la famille, aime raconter des histoires. Il se trouve que dans toutes les histoires ou presque qu'elle raconte, il y a toujours une femme et qu'elle est toujours originaire d'une société musulmane. Elle précise que ses histoires pourraient se passer n'importe où ailleurs, elle parle simplement de ce qu'elle connait, la géographie est un détail, affirme-t-elle. Pourtant, ce détail là plaît bien aux lecteurs, donc à l'éditeur, donc à Ruquier, donc à Zemmour, quand le précédent l'accueillait encore dans son émission...

                                

Zemmour ? "Un petit nerveux qui était toujours d'accord avec ce que je disais dès qu'il voyait mon décolleté", s'amuse Saphia.
Lire la suite...
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 9 sur 241
Designed by Dolmenhir - Dessiné par Dolmenhir - Powered by Mambo - Motorisé par Mambo - Get Firefox